Cet octogénaire reproduit la Tapisserie de Bayeux
5722
post-template-default,single,single-post,postid-5722,single-format-standard,bridge-core-1.0.4,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-theme-ver-18.0.9,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive
 

Cet octogénaire reproduit la Tapisserie de Bayeux

Claude Biénacel a été, toute sa vie, boulanger pâtissier. Il a terminé sa carrière à Frénouville (Calvados) où il a officié devant les fours pendant dix-neuf ans. Et depuis douze ans, il s’est mis à la broderie. Avec un défi de taille…

Image-1024-1024-163995

Né à Pont-l’Évêque en 1933, fils d’un bourrelier, témoin des bombardements de sa Ville, Claude Biénacel, à 40 ans, est séduit par deux tableaux représentant la Tapisserie de Bayeux.

J’ai demandé à ma mère si elle pouvait m’en broder un. Mais, fatiguée, elle ne pouvait pas.

Quelques années plus tard, à l’approche de la cinquantaine, il suit sa compagne à un cours de dentelles à Caen et la professeure lui propose un kit de broderie, pour l’occuper pendant les cours :

 

Je n’avais pas tenu une aiguille depuis la maternelle.

C’est ainsi que le jeune retraité débute le point de croix puis le point de Bayeux, celui de couchage et de couchure. Il y prend goût. Pendant que sa compagne s’exerce à la dentelle, Claude débute par de petits tableaux.

 

Quand je brodais et que je voulais savoir si je ne faisais pas trop d’erreur, Jeanine, la professeure, me disait « montre-moi ton derrière », ce qui provoquait le fou rire parmi les dentellières.

Tapisserie de Bayeux, Salle de la Tapisserie

Tapisserie de Bayeux, Salle de la Tapisserie

tapisserie-de-bayeux

Tous les jours depuis douze ans

Un jour, à Bayeux, un accordéoniste de rue l’informe que sa femme mercière faisait des soldes.

Je lui ai acheté deux grands kits de tapisserie et je me suis lancé.

Aujourd’hui, à 82 ans, Claude brode chaque jour, et cela depuis douze ans.

Avec parfois des arrêts de quelques mois.

Comme l’a fait, plus de mille ans, avant lui, la Reine Mathilde.

Claude retrace, dans son salon, l’histoire de l’épopée de Guillaume, duc de Normandie, futur roi d’Angleterre. L’originale est composée de neuf fragments de toile de lin de 50 cm de large qui, reliés les uns aux autres, forment 70 m de long.

Ma broderie, une fois terminée, en fera 40. Si je n’ai pas tout brodé, ce n’est pas que certains épisodes me semblaient moins intéressants, mais il est interdit de reproduire la Tapisserie à l’identique. La mienne sera à l’échelle 9/10

Le résultat de plus de douze ans de travail devrait être achevé d’ici un mois :

Ensuite, je l’exposerai au gré des invitations comme j’ai déjà pu le faire dans divers festivals, ou encore au prestigieux salon L’aiguille en fête, à Paris, il y a quatre ans.

Claude n’oublie pas le côté pédagogique de son œuvre :

Si des écoles sont intéressées, ce sera avec plaisir que je viendrai.

Et après ?

J’aimerais pouvoir céder ma reproduction à un musée. Mon souhait serait qu’elle parte au Canada, pour y être exposée. C’est un pays qui me fait rêver et ce serait aussi ma façon de remercier nos cousins d’outre Atlantique pour leur contribution à notre libération en 1944.

conclut Claude Biénacel.

Source Ouest-France

No Comments

Post A Comment

Bitnami